je t'ai tant rêvé


j'ai encore rêvé de toi, cette nuit
tu m'es pourtant inconnu,
et je te reconnais

je te cherche
sur tant de visages,
de regards,
dans tant de sourires des aimés,
et je m'en retourne,
à chaque fois,
le coeur déçu et l'impuissance au front
de n'avoir pas su t'attacher,

je te cherche inlassablement
dans le souffle sur la peau,
dans un regard étincelant, bavard et rieur,
dans une main, confiante
dans une langue rayonnante ou triste.

je te cherche
dans ma lumière
dans le jour et les nuits étoilées,
dans un coucher de soleil cramoisi
comme la trace sur une joue de jeune fille
dans une lune noire, sans éclat,

je te cherche
dans les grains de sable qui me filent entre les doigts,
dans des mots évocateurs, furieux,
lyriques, réduits à l'essentiel,
dans les berges glaciales et hostiles du monde,

dans l'instant de la Rencontre,
dans le chant qui s'élève
et dans la parole scandée
et qui revient comme un boomrang au visage, se fracasser

ton souvenir flamboyant, je le songe
ta mémoire évanouie, je la célèbre
ton ardeur, je l'appelle
ta folle insouciance, je la regrette
ta voix, je la rêve
j'en fait ma musique, mon doux et sonore refrain

je te porte dans mon sein
sur mon front brûlant
dans mon imaginaire sans faille
tatoué sur ma peau
infiltré dans mon souffle
incrusté dans les battements du coeur
dans les erreurs comme dans les larmes si amères et salées
dans les détours d'une phrase
dans le rire d'un enfant
et dans la brise qui me rappelle tes doigts.

dois-je te réinventer,
te chanter,
te fixer à jamais pour la pérennité de ...?
existes-tu vraiment, es tu fruit
de mes entrailles, t'enfanter?
d'un morceau de mon âme, te sculpter,
de ma côte, te modeler.

le vent du Sud emporte tout, et les feuilles éparses,
et les souvenirs morts,
et, moi, de me remettre à respirer,
hors d'une apnée trop longtemps tolérée.

je t'ai tant rêvé,
dans mes désepérances et mes arides regrets,
dans mes folles joies et passions,
dans mes chagrins d'enfant si mal cicatrisés,

je te rêve encore et je te rêverai.....
à quand tu reviendrais.

4 ripostes trèès percutantes:

Azwaw soumendil awragh أزواو سومنديل آوراغ 9 décembre 2007 à 19:05  

Quel souffle! quelle beauté c'est incontestablement toi. Magnifique.

Kibitz 9 décembre 2007 à 22:02  

C joli :-)

mariouma 10 décembre 2007 à 01:22  

@cousin
merci
tu m'honores.

@loulou
merci

cactussa 10 décembre 2007 à 14:57  

c'est tout beau!!!
j'ai adoré,yatla3 minik ya mariouma!!!
il une histoire a raconter alors?

Centre de tri

Compteur

La boîte à tralala

Quelques rêveurs de passage