Mon rêve familier



Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.


Paul Verlaine.


4 ripostes trèès percutantes:

ORchea 14 octobre 2007 à 18:36  

mon poème préferé :-)

SainT 14 octobre 2007 à 20:49  

Beau poème, merci.

@+

zahraten 15 octobre 2007 à 00:30  

j'aime beaucoup Verlaine!

"D'un ciel par dessus le toit
si bleu , si calme.........

j'adresse à Mariouma une petite pensée et lui souhaite une bonne fête !

à bientôt

mariouma 16 octobre 2007 à 20:16  

@orchea
salut jolie plante ou marhba bik
contente que cela te plaise :)

@saint
marhba bik
au plaisir

@zahraten
salut à toi
merci pour la petite pensée
bonne fête à toi aussi
see u :)
reviens quand tu veux

Centre de tri

Compteur

La boîte à tralala

Quelques rêveurs de passage