Le secret

Encore une histoire
A écouter seule avec soi
Pour ne pas laisser la vérité se faire avoir
Encore un sourire acidulé qui survivra
Aux cicatrices si mal refermées
Cachées au fond de moi
Je sais comment oublier
Tous les chemins sans espoir
Encore des mensonges
Pour oublier nos idées noires
Et l'ascension des amours brûlés vers l'au-delà
Encore une image à effacer de son miroir
D'un seul geste, d'un seul regard tourné
Tourné vers autre part
Je sais comment on fait
Pour se raconter des histoires
Oh oui je sais, je sais comment on fait
Pour se noyer de désespoir !
Le mal est fait
Silencieux il reste en moi
Je ne le regarde pas
Je garderai le secret
Je garderai le secret
Quelque part au fond de moi
Où personne ne peut l'apercevoir
Je garderai le secret
Encore un sourire à effacer
De la mémoire
Un regard qu'il faudra éviter
Tellement de fois
Combien de caresses à arracher
Au souvenir si présent
De nos corps encore mêlés
Au souffle de nos voix
Je sais comment on fait
Pour se raconter des histoires
Oh oui je sais je sais comment on fait
Pour se noyer de désespoir !
Le mal est fait
Silencieux il reste en moi
Je ne le regarde pas Je garderai le secret
Quelque part au fond de moi
Où personne ne peut l'apercevoir
Je garderai le secret
Je garderai le secret
Le survivant ne dit jamais
Les secrets qui l'abritent des courants
Il fait semblant de ne pas se douter du danger
Quand il le pressent
Le mal est fait
Silencieux il reste en moi
Je ne le regarde pas
Je garderai le secret
Je garderai le secret
Quelque part au fond de moi
Où personne ne peut l'apercevoir
Je garderai le secret
Je garderai le secret




merci Calo.

9 ripostes trèès percutantes:

Anonyme 9 octobre 2007 à 00:16  

Bonsoir mariouma et moi qui m'attendais à trouver quelque chose de moins sérieux et surtout moins émouvant; tout un chacun risque fort de s'y retrouver. Un peu plus de gaieté stp. Soussou.

ulyssen 9 octobre 2007 à 09:35  

un texte tres bien ecrit chere marouima, tout le monde a ses squelettes dans les placards, mieux vaut des fois qu'ils y restent !
courage

psynaj 9 octobre 2007 à 20:59  

tout ce qui est enfuit, finira un jour par sortir sous n'importe quelle forme,
refoulement=névrose!
mais non je plaisante:)

Nostra 11 octobre 2007 à 14:37  

inchallah 3idik mabrouk mariouma

mariouma 12 octobre 2007 à 21:27  

@soussou
la gaieté c'est pas sur commande malheureusement :)

@ulyssen
ce n'est pas de mon cru
je ne fais quemprunter les paroles de quelque'un d'autre
tu as raison pour les squelettes mais j'en ai un peu marre de les garder la je veux m'en débarrasser

@psy
fais pas la spy avec moi :)
de plus tu n'y es pas du tout
merci quand meme :)

@nostra
merci aid mabrouk

Mils 13 octobre 2007 à 00:44  

youpi youpi youpiyé ! aidek mabrouk ye mariouma hé !
Pleins de chopitoooS !

kmr 13 octobre 2007 à 19:12  

très beau texte! bravo!!

un jour une amie m'a donné un de ses poèmes, aussi émouvant que le tien, et portant d'un coup de blues soudain et inexpliqué. Ton texte me rapelle ce poème.

en réponse, j'avais adressé a mon amie un petit poème que j'ai écris pour l'occasion. il me parait etre la meilleure réponse que je pourrais jamais faire a ton post.

étant un peu long, je vais poster ce poème sur mon blog, jettes-y un coup d'oeil.

take care, hold on, bye

Hmayed 13 octobre 2007 à 20:12  

je pensais pas que derrière un beau sourire ce cache une tel tristesse
pour que chacun a son histoire ,
franchement très émouvant , et je trouve pas quoi dire :(

mariouma 14 octobre 2007 à 14:27  

@kmr
merci mais ce n'est pas de mon cru
je n'ai fait qu'emprunter ces mots parce qu'ils collaient à une ralité qui était un peu la mienne
je vais faire un tour sur ton blog et je te dirai ce que j'en pense :)

@hmayed
derrière chaque façade il ya une vérité mais cette vérité fait partie de tout un ensemble complexe
la tristesse dont tu parles n'est qu'un moment qui finit par s'en aller
il n'y rien à dire, il faut réagir ;)
je parle pour moi bien sur

Centre de tri

Compteur

La boîte à tralala

Quelques rêveurs de passage