Complainte de la butte






Sur un air triste
Il a longtemps marché
Sur un air triste
Il a erré
Sur un air triste
Il s’est laissé entrainer
Par le mouvement de foule
Sur un air triste
Il a contemplé
Le monde tourner
Sur un air triste
Il a pleuré
Le soleil éclatant qui brille
Sur son cœur sombre et gris
Sur un air triste
Il s’est évanoui
Sous le poids des souvenirs
Sur un air triste
Il a longtemps rêvé
Sur cet air triste
Il a longtemps dansé
En fermant les yeux
En esquissant d’autres lendemains
Sur un air triste
Il a longtemps attendu
Sur un air triste
Il s’est saoulé
Au parfum de l’air du temps
A la lumière de la face blanche

























Et un jour,
Elle est apparue.

« Sur cet air triste
Valsons, mon amour
Valsons
A deux, on est
Moins
Plus
Fous ».

4 ripostes trèès percutantes:

kattoussa ^^ 26 mars 2008 à 14:02  

Très triste :)
mais très beau :)
(j aime bien la photo, les marches du sacré cœur?)

Fontomas 26 mars 2008 à 16:37  

Je voudrais bien que ton poème s'applique à ma vie :'( !!!!!

mariouma 26 mars 2008 à 20:53  

@kattoussa
marhba
au contraire, je trouve que ça se termine plutôt bien, non?
et la chanson est tellement jolie!
tu as raison, c'est les marches du Sacré-cœur effectivement, petit clin d'œil à la chanson.
merci de ton passage.

@fantomas
tiens, un revenant ;)
ça s'appliquera, tu verras.

Anonyme 27 mars 2008 à 16:27  

la môme

Centre de tri

Compteur

La boîte à tralala

Quelques rêveurs de passage