Déz-amours virtuelles






















Une rencontre virtuelle
une affinité qui s'installe
un désir qui se forme à distance
Des sentiments naissants
une réciprocité des envies
barrières infranchissables
illusions,
chute de haut
Une histoire débute et part en clopinant
Sur un clavier
ou va-t-on?

Les sentiments peuvent-ils être aussi forts, aussi authentiques que dans cet ailleurs qui s’obstine à se dérober ?
Que fait-on des petits détails, des sensations, d’un regard, d’un geste, d’un baiser, des moments qui font le charme d’un contact physique ?
Chercher un peu d’amour virtuel est –ce signe d’un malaise ailleurs ?
Peut-on y croire quand le réel ne satisfait pas/peu ?
Signe de frustration, d’échec, de solitude ?
Conjuguer sa solitude à deux via clavier ?
Doit-on enterrer ses rêves pour se contenter de ce formatage, dans l’ère du temps ?
surfait, collage forcé, vouloir faire marcher pour pouvoir continuer à y croire?
seul, au milieu de nulle part, dans une faune de milliers de personnes?
A quoi ça sert d’avoir une tonne de contacts, de pseudos, d’adresses mails, d’opportunités virtuelles quand l’essentiel n’est pas garanti ?

Artificiel ?
Pathétique ?
Cynique ?
Chimérique ?
Triste à pleurer 
et finir,encore une fois,par zapper.


Calo, lui, a déjà trouvé:

J'ai son image
J'ai son email
Son cœur au bout du clavier

J'ai son visage
Et l'envie d'elle
Sans jamais l'avoir touchée

Dois-je sauver ? (dois-je sauver ?)
Ou bien abandonner ?

Pomme, c'est un homme et une femme
Et c'est tout un programme
Un ciel artificiel
Pomme, qui m'allume et qui me quitte
On s'aime trop vite
Nos vies c'est le virtuel

Elle m'écrit
Mais mon écran
Formate les sentiments

Mais j'imagine qu'une machine
Ne peut que faire semblant
Ma déesse, elle (ma déesse, elle)
N'est pas vraiment belle

Pomme, c'est un homme et une femme
Et c'est tout un programme
Un ciel artificiel
Pomme, qui m'allume et qui me quitte
On s'aime trop vite
C'est le vi-c'est le virtuel

Un peu d'amour, copié-collé
Un peu d'amour, pomme c
Un peu d'amour téléchargé
Un peu d'amour à sauver, à sauver
Mais l'amour n'est pas virtuel

Pomme, c'est un homme et une femme
Et c'est tout un programme
Mais l’amour n’est pas virtuel
Pomme, qui m'allume et qui me quitte
On s'aime trop vite
C'est le vi-c'est le virtuel

Dois-je sauver
Ou bien dois-je abandonner ?

4 ripostes trèès percutantes:

Mira 17 mars 2008 à 10:21  

pourquoi déz?

ATOS 17 mars 2008 à 10:39  

Perso je ne suis pas contre les relations virtuelles, à la condition qu'il y ai une suite, une rencontre en live.
Internet est pour moi comme tout autre moyen de connaitre les gens.

mariouma 17 mars 2008 à 19:15  

@mira
c'est un jeu de mot, le préfixe déz (qui n'existe pas pour ce mot) signifie défaire un amour, absence d'amour, sans plus.

@atos
c'est très trompeur et souvent décevant et je persiste à dire que ça démontre un malaise quant à entreprendre des relations dites normales dans le "réel".

Anonyme 13 avril 2008 à 00:47  

bonsoir,
vous avez fait un article digne de ce nom !!!
Merci de dire du moins d'ecrire ce que d'autres pensent egalement fort mais pas assez ***** pour le dire !!!!
mes respect
je peux signer
Fadia ou messaiah.ephemere ou angel.messaiah@live.fr

Centre de tri

Compteur

La boîte à tralala

Quelques rêveurs de passage